Bonheur, vous avez dit bonheur ?
Mais c'est quoi, le bonheur?!

Pas facile de le définir… J’ai suivi de nombreuses formations, obtenu des diplômes, fouillé dans les bibliothèques, dans ma propre expérience, sur Internet, j’ai écouté ce que me disent les personnes qui viennent me consulter dans mon cabinet, mes amis, j’ai lu de grands philosophes, me suis penchée sur ce que disent des experts en neurosciences. Et… je n’ai pas trouvé de définition universelle du bonheur, ni de recette passe-partout ou LE livre, LE philosophe, LE sage que je vous conseille de suivre à la lettre pour arriver à être heureux !

Mais j’ai essayé de dégager quelques grandes lignes qui pourraient intéresser ceux qui recherchent le bonheur (vous peut-être ?). Si c’est le cas, voici donc quelques pistes:

  1. Etre à l’écoute de sa voix intérieure. Sa vraie voix intérieure. Celle qui est libérée des injonctions de la société et qui permet de connaître ses envies, ses goûts, ses aspirations… Cela mène tout droit à l’égoïsme ? Non ! Notre cerveau est bien fait à ce niveau-là ! Il sait que nous sommes des animaux sociaux, que nous avons tous besoin les uns des autres et que nous sommes tous sur le même bateau. Plus vous vous sentirez bien, en accord avec vous-même, en paix, créatif, plus vous aurez naturellement envie de vous occuper de vos enfants et/ou d’être ouvert à ceux qui auraient besoin d’aide (et vous aurez du plaisir à le faire parce que cela vous semble juste, et non parce que vous êtes mû par la peur du rejet).

  2. Soigner ses relations. Comme je viens de le rappeler, l’être humain est un animal social. Mais en même temps, c’est souvent dans les relations avec les autres que les choses sont compliquées ! Comment être soi-même ET en relation, comment avoir un espace pour soi ET être ouvert aux autres, comment s’affirmer ET être à l’écoute ? Il me semble que les personnes heureuses savent résoudre ces équations apparemment insolubles, et se sentent bien ainsi !

  3. Un travail qui a du sens. Ça c’est facile à dire ! Nous n’avons pas tous le choix car dans notre société, il faut gagner sa vie ! Et il me semblerait presque irrespectueux de proposer cette piste à des personnes qui peinent à joindre les deux bouts…  (et dans ce cas, à mon humble avis, TOUT travail a du sens !). Mais il y a parfois plus de choix que l’on se l’imagine à prime abord, et même dans un travail qui ne correspond pas à nos idéaux et nos valeurs, il peut exister de nouvelles perspectives à explorer

  4. Reconnaître ses blessures du passé. Il me semble essentiel, avant même de prétendre avoir une vie pleine de sagesse (comme celle que nous décrivent certains philosophes, « sages », gourous, et il y en a à notre époque aussi), que nous avons peut-être vécu des choses plus difficiles que d’autres, que nous n’avons pas eu la chance de grandir dans une famille qui nous a beaucoup soutenu et guidé dans notre quête du bonheur, et qu’il n’est donc pas facile d’être la personne souriante, altruiste, calme, que l’on aimerait être ! La personne qui a peut-être le plus besoin d’amour, car elle en a manqué le plus, c’est peut-être vous ! Je me permets de glisser ici un conseil : avant de vouloir faire « le bien » pour que d’autres soient heureux, c’est peut-être de vous, et de votre enfant intérieur qu’il faut prendre soin. Et c’est en agissant que vous ferez la meilleure chose pour ceux que vous aimez, aussi…

  5. La considération, le respect. Nous avons tous besoin de nous sentir pris en considération et respectés, et ceux qui vous disent le contraire sont probablement ceux qui ne savent pas avoir ces attitudes envers vous… Il me semble essentiel, si l’on veut être heureux, de savoir choisir son entourage, ses amis, et savoir adopter la bonne distance intérieure avec ceux qu’il est difficile d’éviter.

  6. La nature ou autres lieux de ressourcement. Nous sommes des animaux, et des études de neurosciences auraient montré que nous sommes faits pour de grands espaces et/ou que le vert aurait un effet apaisant. Pour beaucoup, la nature est un merveilleux espace de ressourcement. Les animaux ne jugent pas, les fleurs et les arbres non plus! Mais là encore, je n’en fais pas un absolu. On peut être déprimé dans la nature aussi et ainsi s’en vouloir encore davantage de ne pas savoir « profiter » pour finir par nourrir un terrible cercle vicieux qui vous enfoncerait davantage dans la déprime et l'anxiété. C’est pour cela que je n’en ferai pas une injonction à suivre à tout prix : certains jours, ce qui vous fera du bien est un bon cappuccino dans votre café préféré, la visite d’un musée, aller danser, écouter un concert, un échange avec un(e) ami(e), ou pourquoi pas, une comédie romantique, sirupeuse ou drôle, c’est selon, devant la télé. Ce qui compte est d’être à l’écoute de votre nature et de faire ce qui vous fait du bien à l’instant T pour vous ressourcer.

Ces pistes ne sont pas toujours faciles à mettre en œuvre, et je vous aide avec plaisir par un accompagnement individuel en cabinet (à Lausanne ou à Genève) ou encore par skype.

Voici pour finir quelques vidéos et livres au sujet du bonheur, que je trouve inspirants :

La plus longue étude sur le bonheur (75 ans !) jamais effectuée:

https://youtu.be/8KkKuTCFvzI

 

Discours de remise des diplômes aux ingénieurs civils 2019 par Pedro Correa, photographe:

https://www.youtube.com/watch?v=uAE22c19EjU

Un discours sur le bonheur qu’on ne s’attend pas à entendre dans ce contexte, qui parle de solidarité, de conscience collective, d’empathie, de collaboration et de quête de sens.  

Interview de Bernard Weber, auteur de science-fiction:

https://www.youtube.com/watch?feature=youtu.be&v=ngirvbz_YqY&app=desktop#menu

Je vous conseille de visionner la vidéo, car elle décrit un magnifique exemple de résilience. Bernard Weber a su se relever d’une enfance difficile (rejet, scolarité compliquée) et a déjoué les pronostics médicaux extrêmement lourds de la maladie qui l’handicape depuis l’âge de 8 ans, la spondylarthrite ankylosante.  Certains passages me parlent moins (celui où il parle de ses « vies passées »), mais il le fait sans prosélytisme

 

Le cerveau du bonheur, Rick Hanson, Les Arènes 2015

Du bonheur, un voyage philosophique, Frédéric Lenoir, Fayard 2013

Comment être heureux et le rester, de Sonya Lyubomirsky. Flammarion 2008

Le Tao du bonheur, de Gérard Guasch, Presses du Châtelet, 2016

Foutez-vous la paix et commencez à vivre, de Fabrice Midal, Flammarion | Versilio, janvier 2017

Chaque dépression a un sens, Johann Hari, Actes Sud 2019

Emerveillement, de Mathieu Ricard, Editions de la Martinière, 2019